mardi 7 décembre 2010

France : D'ici à 2040 la population se concentrera davantage à l'ouest

Les Echos
by JOËL COSSARDEAUX

La population de la France aura augmenté de 15% d'ici à 2040. Une tendance tirée par l'attractivité accrue des régions de l'arc atlantique, à l'inverse de pratiquement toutes celles du grand-Est.

« La revanche du désert français » : le scénario sur l'état démographique du pays à l'horizon 2040, que présente mardi 7 décembre l'Insee, pourrait porter ce titre. Les régions les moins densément peuplées de l'Hexagone, que sont le Limousin et l'Auvergne, devraient en effet finir les trente prochaines années sur un rythme de croissance similaire à celui de l'Ile-de-France, estimé à 10,1 %. Cette « performance » n'en fera pas pour autant les territoires les plus dynamiques. Tout en notant un resserrement des écarts entre les hausses de population des régions, l'Insee prévoit en effet à cet horizon une augmentation moyenne de la population métropolitaine bien supérieure, de 14,5 %. Tant et si bien qu'au 1er janvier 2040, la France hors outre-mer devrait compter 71 millions d'habitants.

En fait, cette évolution va être essentiellement dictée par les territoires du Grand-ouest : de la Bretagne à Midi-Pyrénées, en passant par les Pays de la Loire et l'Aquitaine, le taux de croissance auquel s'attend l'Insee y oscille en effet entre un peu plus de 24 % et près de 28 %. Une évolution presque diamétralement opposée à celle que vont connaître les régions les plus septentrionales et celles du Grand-est où la projection la plus favorable se limite à une hausse d'un peu plus de 10 % de la population en Alsace. La pire prévision est pour la Champagne-Ardenne où un déclin démographique de 2 % est annoncé.

Migrations entre régions


A l'inverse, en Rhône-Alpes et sur tout l'arc méditerranéen, la croissance devrait demeurer soutenue mais à moindre allure, si l'on excepte le Languedoc-Roussilion (+28,5 %), notamment en Paca (+14,9 %). Les « tendances à la polarisation » vers les régions de l'ouest et du sud, récemment observées par l'Insee, vont se confirmer « à un rythme désormais aussi important pour les premières que pour les secondes », constatent d'ailleurs ses experts.

Autre enseignement, les migrations entre régions « deviendraient le principal moteur de la croissance démographique ». Sur la façade atlantique, ce moteur tournera encore au même régime que sur la période 1990-2007. Il va en revanche faiblir sur les régions méditerranéennes. « La population "susceptible" de quitter le Languedoc-Roussillon augmenterait plus que celle qui pourrait le rejoindre », signale notamment l'étude de l'institut. De + 17.000 le solde migratoire de cette région pourrait descendre à + 14.000 en 2040.

Les plus de 70 et 80 ans plébiscitent la Corse

Dans trente ans, l'âge moyen en France devrait être de 43,6 ans, soit 4,5 ans de plus qu'en 2007. Mais là encore, les régions ne vieilliront pas toutes au même rythme. La Corse, avec 48,9 ans, aura détrôné le Limousin. « Le désir de nombreux retraités de s'y installer devrait concourir, d'ici trois décennies, à une forte présence de septuagénaires et d'octogénaires », commente l'Insee. Les plus de 60 ans seront partout plus nombreux. C'est dans les régions d'outre-mer que cette tranche de population s'accroîtra le plus, notamment en Martinique où l'âge moyen devrait augmenter de plus de 10 ans. En métropole, l'Institut situe les pics les plus hauts dans les Pays de la Loire (83 %) et le Languedoc-Roussillon (+79 %), « sous l'effet conjugué de la dynamique démographique et de la forte attractivité aux âges de la retraite ».

A l'opposé, l'Ile-de-France et le Nord -Pas-de-Calais, régions les plus jeunes en 2007, devraient le rester en 2040. « La région capitale est, à l'inverse de la Bretagne, attractive aux jeunes âges et déficitaire aux âges élevés. Le vieillissement devrait ainsi être contenu, tout comme en Rhône-Alpes et en Midi-Pyrénées ».


http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020985937853-d-ici-a-2040-la-population-se-concentrera-davantage-a-l-ouest.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire