samedi 18 décembre 2010

France : Evolution de la surface consacrée à l'agriculture biologique

DATAR

L'agriculture biologique constitue un mode de production particulièrement respectueux de l'environnement. La loi « Grenelle I » fixe un objectif de 6 % de la surface agricole utile (SAU) en agriculture biologique en 2012 et 20 % en 2020. En 2008, ce taux est de 2,1 %, avec de fortes disparités territoriales. Les valeurs les plus élevées se rencontrent en Guyane (10,3 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (7,7 %) et Languedoc-Roussillon (5,0 %), tandis que ce taux est inférieur à 0,5 % en Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Champagne-Ardenne.

Part de la SAU en agriculture biologique par département en 2008 et évolution depuis 2001


  • Définition


Les superficies totales en agriculture biologique comprennent :

- les surfaces « certifiées bio » qui rassemblent les parcelles dont la période de conversion est terminée et dont la production peut être commercialisée avec la mention « agriculture biologique » ;

- les superficies en conversion (la durée de conversion variant de 2 ans pour les cultures annuelles à 3 ans pour les cultures pérennes).

L'agriculture biologique (AB) est l’un des cinq signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine. Une nouvelle réglementation européenne est entrée en vigueur le 01/01/2009 et réaffirme les principes fondamentaux de l'agriculture biologique et ses objectifs : l'agriculture biologique établit un système de gestion durable pour l'agriculture (maintien de la biodiversité, préservation de la qualité des sols, de l'air et des eaux, respect du bien-être animal) visant à une production agricole de qualité. L'utilisation de produits chimiques de synthèse, d'OGM et de leurs dérivés sont interdits. Les opérateurs de la filière bio sont contrôlés par des organismes certificateurs agréés par les pouvoirs publics et répondant à des critères d'indépendance, d'impartialité, d'efficacité et de compétence.

  • Pertinence

L'agriculture biologique apporte une réponse essentielle à la préservation de notre environnement. L’agriculture biologique est un mode de production agricole spécifique, c’est-à-dire un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques et de l’autonomie des agriculteurs.

Elle contribue à la préservation des sols et des ressources naturelles et garantit une qualité des produits attachée à un mode de production respectueux de l'environnement et du bien-être animal.

Elle se distingue par son mode de production, fondé notamment sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse, la non-utilisation d'OGM, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures et la lutte biologique. L’élevage biologique, de type extensif, fait appel aux médecines douces et respecte le bien-être des animaux.

Tout au long de la filière, les opérateurs de l’agriculture biologique respectent un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés non polluants et respectueux des écosystèmes.

La loi n°2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement (dite loi « Grenelle I ») fixe un objectif de 6 % de la SAU en agriculture biologique en 2012 (soit un triplement par rapport aux superficies de 2008) et 20 % en 2020. Les différents soutiens à l'agriculture biologique (aides à la conversion, aides au maintien de l'agriculture biologique, crédit d'impôt) ont été fortement revalorisés ces dernières années.

  • Limites et précautions

L’indicateur porte à la fois sur les surfaces « certifiées bio » et les surfaces en cours de conversion, dont la production n’est pas encore certifiée biologique.

  • Résultat au regard de l’enjeu de développement durable

Fin 2008, près de 13 300 exploitations sont engagées dans un mode de production biologique, sur une superficie de 583 800 ha, soit 2,1 % de la SAU. Après une progression faible entre 2002 et 2007, l'année 2008 marque une reprise du développement de l’agriculture biologique, avec une augmentation de 11 % du nombre d’exploitations et de 4,8 % des surfaces concernées. Les surfaces en conversion progressent elles aussi (+ 36 % en 2008), reflétant une montée en puissance de plus en plus forte.

Les superficies en mode de production biologique sont à environ 60 % consacrées aux fourrages, et 20 % aux grandes cultures. Le poids de l’agriculture biologique dans les surfaces totales est plus élevé que la moyenne pour les vergers (5,8 %), les vignes (3,3 %) et les fourrages (2,8 %).

  • Disparités territoriales

En 2008, avec plus de 60 000 ha, Midi-Pyrénées et les Pays de la Loire sont les deux premières régions concernées par l'agriculture biologique. Si, en termes de poids de l'agriculture biologique dans la SAU, ces deux régions dépassent la moyenne nationale de 2,1 %, elles restent en retrait par rapport à d'autres régions comme Provence-Alpes-Côte d'Azur (7,7 %), Languedoc-Roussillon (5,0 %) et dans une moindre mesure la Corse (3,7 %), Rhône-Alpes et l'Alsace (3,6 %). La Guyane se démarque avec un taux de 10,3% de sa SAU en biologique. L'agriculture biologique reste nettement moins développée en Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Champagne-Ardenne, Haute-Normandie, Île-de-France et Centre, où son poids dans la SAU reste inférieur de moitié à la moyenne nationale. Au sein des régions administratives, la situation est plus ou moins contrastée. Par exemple, la Drôme a le plus fort taux départemental de sa SAU en agriculture biologique (10,6 %) alors que le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie ont un taux inférieur à la moyenne nationale.

Les fourrages représentent 60 % des superficies en agriculture biologique au niveau national. Ils représentent plus de 80 % des superficies dans les grandes régions d'élevage comme l'Auvergne, la Basse-Normandie, la Franche-Comté et le Limousin. Les grandes cultures (21 % des superficies de l'agriculture biologique au niveau national) constituent la majorité des superficies en agriculture biologique en Île-de-France et en représentent plus de 40 % en Poitou-Charentes, Picardie et Centre.

Surfaces en agriculture biologique par région en 2008

Source : Agence Bio, Statistique agricole annuelle (SSP)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire